Jana e los quate lops

“Jana que demora dens la petita cabana, au ras de la clarèra, au bèth miei de la seuva. Ua seuva tant espessa qui s’i poderem pérder. La seuva aquesta, Jana que s’ac coneish a fons. Que s’i enten, a tribalhar la husta : causir un arbo, picà’c a la bona lua, hené’c com cau segon l’usatge que’n haram. E utilizar lo gran horn, tà har lo carbon de bòis, aquò tanben qu’ac sap har. Au vilatge, que’s ditz e « deu estar dur tà ua gojata, de víver luenh de tot, au bèth miei de la seuva, e tota sola de mei ». Tota sola ? Nanni, Jana n’ei pas tota sola, qu’a un sarròt d’amics ! Un sarròt ? Enfn… Sustot quate. Los quate lops solitàris, deus quate cantons de la seuva. E v’èi dit qu’aquera seuva èra tant espessa qui s’i poderem pérder ? Que vad lo monde de tots los possibles, de tots los encontres. Los arbos que’s gahan los nostes imaginàris enter las brancas e que’us hèn alatejar aus quate vents, a tot dòi, en musica.”

Ua istòria contada, cantada, jogada e bohada per Caroline Dufau e Maxence Camelin en version bilingüa fr-oc, o tot en occitan (gascon o lengadocian)
40 mn, a comptar de 6 ans.

Jana vit dans la petite cabane, aux abords de la clairière, au milieu de la grande forêt. Une forêt si épaisse qu’on pourrait s’y perdre. Cette forêt, Jana la connaît comme sa poche. Elle connaît aussi le travail du bois : choisir un arbre, le couper à la bonne lune, le fendre comme il faut selon l’usage qu’on en fera. Et utiliser le grand four, pour faire le charbon de bois, ça aussi elle sait faire. On entend dire au village que « ce doit être dur pour une jeune fille, de vivre loin de tout, au beau milieu de la forêt, et qui plus est, toute seule ». Toute seule ? Jana a pourtant plein d’amis ! Plein ? Enfin… Surtout quatre. Les quatre loups solitaires, des quatre coins de la forêt. Vous ai-je dit que cette forêt est si épaisse qu’on pourrait s’y perdre ? C’est le monde de tous les possibles, de toutes les rencontres. Les arbres attrapent nos imaginaires entre leurs branches et les font voleter aux quatre vents, en douceur et en musique.”

Une histoire racontée, jouée, souffée, chantée par Caroline Dufau et Maxence Camelin en version bilingue fr-oc, ou tout occitan (gascon o lengadocian)
Durée : environ 40 mn. Dès 6 ans.


Caroline Dufau & Maxence Camelin
Votz e objèctes sonòrs / Voix et objets sonores

L’ua qu’a la corpuléncia opulenta, l’aute qu’ei meilèu petitin riquiquin.
L’un qu’ei cascadaire acrobate, l’auta qu’a lo verdigòu.
L’ua qu’ei cantaira e racontaira. L’aute que s’estima mei observar e bohar dens causas e dequeròs. Lo duò complice que pòrta l’istòria coma pas un.
E tot aquò, a dus.
La loa darrèra creacion, Jana e los 4 lops, qu’adapta ua istòria contada dinc adara en solò per Carolina Dufau, e hè espelir ua version enriquida, saunejaira, esberida e sensibla.

L’une a la corpulence opulente, l’autre est plutôt petit riquiqui.
L’un est cascadeur acrobate, l’autre a le vertige.
L’une est chanteuse et raconteuse.

L’autre préfère observer et souffer dans des objets.
Le duo complice porte l’histoire comme pas deux.

Enfn si. Justement, ielles sont bien deux.
Leur dernière création, Jana e los 4 lops, adapte une histoire racontée jusqu’ici en solo par Caroline Dufau, et fait éclore une version enrichie, rêveuse, espiègle et sensible.

Carolina Dufau qu’ei musiciana, membra deu grop Cocanha. En parallèla deu percors de cantaira percussionnista, que’s fòrma a l’art deu raconte e practica dempuish 2015 un repertòri gessit de la tradicion orala pirenenca e occitana. Permèr, qu’a estudiat lo cinèma, puish que s’ei apassionada tà la ràdio, lo cant, la votz en generau. Observar, escotar, re-inventar e liurar ua istòria e las emocions qui la traversan : aqueth art deu raconte e de l’oralitat que l’esmiragla. Diplomada d’un nivèu C1 en occitan gascon, que l’impòrta hèra de transméter aquera lenga, subertot aus mei joens.

Caroline Dufau est musicienne, membre du groupe Cocanha. En parallèle de son parcours de chanteuse percussionniste, elle se forme à l’art du conte et raconte depuis 2015 un répertoire issu de la tradition orale pyrénéenne et occitane. Elle a d’abord étudié le cinéma, puis s’est passionnée pour la radio, le chant, la voix en général. Observer, écouter , ré-inventer et livrer une histoire et les émotions qui la traversent : cet art du récit et de l’oralité l’émerveille. Diplômée du niveau C1 en occitan gascon, il lui tient à cœur de transmettre cette langue, notamment aux plus jeunes.

Maxence Camelin qu’ei tot permèr saxofonista, puish artista-performaire, diplomat de l’escòla deus Arts decoratius de Strasbourg. Lo son encontre còp-d’amor dab las bohas e clarins populars occitans que’u mia en Arièja, on s’especializa dens aqueras bèstias bohadissas e que n’ensenha la practica au Conservatòri Occitan (COMDT) de Tolosa. Musician improvisator, qu’ei tanben compositor tà flms d’animacion e espectacles de monaquetas. Qu’ei tanben comedian e colleccionaire de perrucas e desguisaments, mes aquò, qu’ei ua auta istuèra.

Maxence Camelin a d’abord été saxophoniste, puis artiste- performeur, diplômé de l’école des Arts décoratifs de Strasbourg. Sa rencontre coup-de-foudre avec les cornemuses et hautbois populaires occitans le mène en Ariège, où il se spécialise dans ce genre d’engins souffants et enseigne leur pratique au Conservatoire Occitan (COMDT) à Toulouse. Musicien improvisateur, il est aussi compositeur pour des films d’animation et spectacles de marionnettes. Il est aussi comédien et collectionneur de perruques et déguisements, mais ça, c’est une autre histoire.